C.I. / ABATTOIR DE PORT-BOUËT ET SERVICES VETERINAIRES : Sidi Touré en visite pour s’assurer de la qualité du travail

Troisième visite de terrain. Le vendredi 7 mai 2021, le ministre des ressources animales et halieutiques, Sidi Tiémoko Touré, s’est rendu successivement à l’abattoir de Port-Bouët et à la Direction des services vétérinaires à Cocody, dans le cadre de sa tournée de prise de contact avec les structures sous sa tutelle.

Lors de ces deux sorties, le ministre s’est appesanti sur la qualité du travail abattu par ses collaborateurs. A l’abattoir de Port-Bouët, le plus grand de la Côte d’Ivoire, Sidi Touré a visité le parc à bétail, la salle d’abattage, les box des bouchers ainsi que l’espace gastronomique. Après avoir fait le tour de ces services, l’émissaire du Gouvernement a exprimé sa satisfaction et promis de soutenir le travail, en collaboration avec le District d’Abidjan et ses partenaires.

« Je voudrais saluer les investissements qui ont été faits pour que le travail se fasse dans des conditions appréciables, et ce depuis l’importation des bêtes, leur arrivée à l’abattoir, leur abattage et la mise sur le marché de la viande de qualité. Nous avons fait la revue du dispositif sanitaire et vétérinaire et je repars satisfait », a indiqué Sidi Touré.

A LIRE AUSSI  Le Représentant résident de la FAO chez Sidi Touré

Pour garantir la qualité des produits animaliers, le ministre s’est engagé à combattre l’abattage illicite (clandestin) et a lancé, séance tenante, un message aux populations. « L’abattage illicite ne garantit pas la qualité de la viande. Bien au contraire, il nous expose aux maladies. Que les populations fassent la différence entre cette forme d’abattage et ce qui est professionnel. Avec mes collaborateurs, nous ferons en sorte que ce phénomène ne prospère plus», a-t-il gagé.

Lors des échanges de civilités, le Directeur des abattoirs du District d’Abidjan, a fait un exposé descriptif de l’abattoir de Port-Bouët et du travail qui s’y fait. Il a d’emblée souligné qu’avant la pandémie du COVOD-19, cette structure mettait par jour sur le marché, 450 à 500 bovins et 250 à 300 petits ruminants (moutons, cabris). Dr Dagnogo s’est réjoui de la réhabilitation, grâce à la collaboration avec l’entreprise AFAM, du parc à bétail, de salle d’abattage, des box mis à la disposition des bouchers et de l’espace gastronomique.

Le vétérinaire a, en outre, présenté au ministre le Système de gestion de l’abattoir de Port-Bouët (SYGAP) qui permet de gérer toutes les transactions et lutter contre la fraude. Seulement, il a souhaité que la traçabilité des bêtes soit nationale et communautaire. « Ceci permettra, lorsque survient une zoonose, de remonter jusqu’à l’élevage d’origine de l’animal afin de prendre des dispositions idoines », a-t-il expliqué.

A LIRE AUSSI  Sidi Touré prend d'importantes mesures

 Mettre les vétérinaires au cœur de l’action

Quand il a quitté l’abattoir de Port-Bouët, Sidi Touré s’est rendu à la Direction des services vétérinaires située à Cocody, au nord de la capitale économique ivoirienne. Le ministre qui s’est imprégné du travail qu’effectue cette structure, a fait savoir qu’il mettra tout en œuvre pour la soutenir afin qu’elle continue de produire de la qualité.

Pour le membre du Gouvernement, les services vétérinaires sont capitaux tout au long de la chaîne du suivi des bêtes, que ce soit pour la consommation que pour les animaux de compagnie. C’est pourquoi il entend mettre les vétérinaires au cœur de l’action ministérielle car « l’ambition est grande de faire plus que ce que nous avons l’habitude de faire et de faire plus que ce qui se fait ailleurs ».

A LIRE AUSSI  Une délégation de la CEDEAO chez Sidi Touré

Pour ce faire, Sidi Touré a tenu à écouter les partenaires de son ministère que sont les structures vétérinaires privées. Celles-ci ont exposé les difficultés rencontrées dans l’exercice de leurs fonctions. Elles se sont dites préoccupées par la distribution illégale des médicaments, la difficulté d’installation des vétérinaires, la professionnalisation des actes médicaux.

Le président de l’Ordre des vétérinaires de Côte d’Ivoire, Dr Guy Patrick Kla, a relevé le manque de moyens dont fait face sa structure chargée de la surveillance de l’activité vétérinaire. « Nous souhaitons que l’ordre puisse avoir un appui financier institutionnel afin d’offrir le meilleur service possible », a-t-il sollicité. « Vos préoccupations ont été enregistrées. Nous allons voir ce que nous sommes en capacité de faire, à la lumière de notre vision, de notre approche », a promis le ministre qui a, à l’occasion de sa visite, lancé la campagne vaccinale des animaux de compagnie.

Kouadio Adaman, directeur des services vétérinaires, s’est réjoui de la visite de Sidi Touré et s’est convaincu de l’excellence de la collaboration avec le ministère des ressources animales et halieutiques.

Par Serge YAVO  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Leave a comment
scroll to top