SALON INTERNATIONAL DE L’AGRICULTURE 2022
L’offensive diplomatique du MIRAH

La 58e édition de cet événement qui mobilise l’écosystème mondial de l’agriculture et de l’élevage a vu la participation remarquée de la délégation ivoirienne conduite par le Ministère de l’Agriculture et du Développement rural et du Ministère des Ressources animales et halieutiques (MIRAH).

Le ministre Sidi Tiémoko Touré, qui était à son tout premier SIA, a conduit une délégation qui a mis un point d’honneur à sortir des sentiers battus. En effet, le MIRAH ne sait pas contenter, à ce salon, d’animer un stand, bien que celui que tenait ce ministère ne manquait pas d’attrait. La stratégie du MIRAH s’est axé autour d’actions diplomatiques dans le but de convaincre de potentiels investisseurs dans le cadre du financement de la Politique nationale de développement de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture (PONADEPA).

C’est tout le sens qu’il faut donner aux audiences que le ministre Touré à accorder à plusieurs personnalités et hommes et femmes d’affaires importants. Avec le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), représenté à la rencontre par François Burgau et Michèle Grosset, président et directrice du pôle agricole et agroalimentaire du patronat français, Sidi Touré a évoqué les atouts de la PONADEPA, ses avantages pour les investisseurs et pour le pays promoteur qu’est la Côte d’Ivoire.

A LIRE AUSSI  Le sens de la mobilisation de Bouaké

La vision du MIRAH, en participant à ce prestigieux salon, était de nouer des partenariats mais aussi de réactiver des mécanismes de collaboration existants. M. Touré a, pour ce faire, échangé avec Jean-Paul Brun de Coopex Montbéliarde afin de relancer la collaboration entre Coopex Montbéliarde et son département ministériel. Une coopération qui vise, un fine, la fourniture de la Côte d’Ivoire en semences, en animaux et en matériels.

L’offensive diplomatique de Sidi Tiémoko Touré l’a amené à rencontrer Qu Dongyu, directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Avec le responsable onusien, le MIRAH a échangé sur la dynamique de la collaboration qui existe entre la Côte d’Ivoire et cette organisation internationale, dans le domaine des ressources animales et halieutiques.

A LIRE AUSSI  Force doit rester à la loi

Comme partout où il est passé, Sidi Touré a présenté la PONADEPA, et a examiné avec Qu Dongyu l’effectivité de la participation de la FAO dans la mise en œuvre de ce projet de grande envergure. Cap a été ensuite mis sur Rome, la Capitale italienne.

Dans cette grande ville cosmopolite dont l’art, l’architecture et la culture de presque 3 000 ans rayonnent dans le monde entier, Sidi Tiémoko Touré a pris langue avec Pierfrancesco Latini, directeur général du Service d’assurance du commerce extérieur italien (SACE). Il était question, pour le ministre ivoirien, de faire un bilan à mi-parcours de la réalisation du Projet de modernisation du secteur avicole (PMSA) et du Projet d’installation d’abattoirs industriels de volailles en Côte d’Ivoire (PAV-CI).

A LIRE AUSSI  GARANTIR LA PRODUCTIVITE

Cette rencontre s’inscrit dans l’ordre normal des choses d’autant plus que ce groupe a garanti le financement de ces deux projets pour un montant de 57, 365 milliards de FCFA et compte investir dans d’autres filières en Côte d’Ivoire notamment la filière bovine.

Le MIRAH, à l’occasion du SIA 2022, a fait le tour de plusieurs patrons et décideurs du monde agropastoral mais a tenu aussi à mettre en pratique une diplomatie de terrain. Cela l’a amené à visiter des fermes et des instituts dédiés à l’élevage.

Avec, en toile de fond, l’objectif de nouer de solides relations avec les acteurs de toute la chaîne de valeur du secteur agricole pour la mise en œuvre de la PONADEPA. Ce programme ambitieux qui vise à rendre la Côte d’Ivoire autosuffisante en ressources animales et halieutiques.

Par Charles Lambert TRA-BI

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Leave a comment
scroll to top