Ressources halieutiques Côte d’Ivoire

Ressources halieutiques Côte d’Ivoire

Ressources halieutiques :
La Côte d’Ivoire veut atteindre le seuil de 500 000 tonnes de poisson d’ici 2030

Plus de 500 000 tonnes de produits halieutiques, c’est le seuil de production que la Côte d’Ivoire veut atteindre d’ici 2030, pour ainsi se positionner comme un pôle important en matière de production de poisson.

C’est ce qu’a déclaré Modibo Samaké, coordinateur général du Programme stratégique de transformation de l’aquaculture en Côte d’Ivoire (Pstaci), à la tribune ‘’Tout savoir sur‘’, cadre d’échanges du Centre d’Information et de Communication gouvernementale (Cicg), mercredi 28 novembre 2023. Ce qui pourra notamment générer 825 milliards de F Cfa à la Côte d’Ivoire.

A LIRE AUSSI  Un abattoir de volaille dans la commune de Korhogo

Le coordonnateur s’est également prononcé sur les missions et enjeux du Pstaci, en mettant notamment, en évidence la dépendance du pays en poissons. «La consommation de poisson par habitant en Côte d’Ivoire est estimée à 24,9 kg par an, depuis 2020. C’est un des taux les plus élevés au monde. Cependant la production nationale qui s’élève à 105 219 tonnes (dont 6 300 tonnes issues de l’aquaculture) ne satisfait que 17% des besoins nationaux, estimés à près de 650 000 tonnes», a-t-il déploré.

A LIRE AUSSI  Le Premier ministre préside un conseil interministériel

Ce programme s’annonce donc être une solution pour ce secteur, car, il pilote, vise à créer un cadre favorable au développement des champions nationaux et des Pme capables de répondre à la demande locale, mais aussi à celle de l’export, secteur en pleine expansion.

Pour atteindre les objectifs fixés, plusieurs actions seront menées, notamment, la recherche-développement, la formation, et la mise en valeur des plans d’eau par la création de Zones Économiques Aquacoles Durables (Zead).

A LIRE AUSSI  Sidi Touré sur les sites de Loka et Koubi

Modibo Samaké a exposé les avantages de l’aquaculture, qui reste le système de production agricole ayant le taux de croissance le plus élevé au monde. Elle constitue en effet, un moyen efficace de lutte contre la pauvreté à travers la création d’emplois.

Pour rappel, le Pstaci a été instauré dans le but d’attirer les investissements du secteur privé et des bailleurs de fonds, afin de développer une chaîne de valeur aquacole afin de combler le déficit en Côte d’Ivoire.

Sandrine KOUADJO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave a comment
scroll to top