Fishermen at work in artisanal fishing pirogues with seine nets off of the Senegalese coast, Kafountine, Casamance. Recent canceling of fishing licenses by the the newly elected Senegalese government has been a very important first step towards restoring the fisheries to what they were before large-scale plunder began.

Sénégal/Licences de pêche à des industriels
Les acteurs de la pêche artisanale sonnent l’alerte

Le Ministre des Pêches et de l’Économie Maritime (MPEM) a convoqué, le 19 juillet 2023, la Commission Consultative d’Attribution des Licences de Pêche (CCALP) pour se pencher, entre autres, sur les demandes de licence de pêche à des navires de pêche industriels.

La Plateforme des Acteurs de la Pêche Artisanale du Sénégal (PAPAS) tient à rappeler aux membres de ladite commission que le secteur de la pêche artisanale traverse des moments difficiles et est confronté à un départ massif de jeunes pêcheurs vers l’émigration clandestine à la recherche de lendemains meilleurs, avec des conséquences dramatiques dans bon nombre de familles de pêcheurs du Sénégal. Cette situation est due à une crise biologique et sociale sans précédent que traverse le secteur des pêches avec notamment la rareté de poisson et des conflits récurrents entre les communautés de pêcheurs.

A LIRE AUSSI  les dangers qui guettent la Pêche

C’est dans ce contexte que le Ministre des Pêches et de l’Économie Maritime (MPEM) demande aux membres de la CCALP de se prononcer par rapport aux demandes de licence de neuf (9) nouveaux bateaux de pêche industrielle ciblant les ressources de petits pélagiques (Yaboy, Diaye, Cobo, etc.) dont ont besoin les sénégalais pour survivre et qui sont déjà surexploitées selon les résultats de la Recherche. Cette situation de surexploitation ayant entraîné la rareté de poisson est vécue difficilement par les pêcheurs et a grandement contribué à l’émigration clandestine.

A LIRE AUSSI  Le ministre Sidi Touré rehausse de sa présence l’édition 2021

L’introduction de nouveaux bateaux dans la pêcherie de petits pélagiques serait une catastrophe biologique, économique, sociale et culturelle et va contribuer à racler le peu de poisson restant pour faire vivre les sénégalais.

Source: Autre presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave a comment
scroll to top