Ghana/ transparence dans le secteur maritime :
une formation collaborative s’attaque aux risques de corruption

L’Autorité Maritime du Ghana (GMA), en partenariat avec le Maritime Anti-Corruption Network (MACN) et CBi (Convention on Business Integrity) Nigeria, a organisé récemment un séminaire de formation crucial à Sogakopé. Cette rencontre s’est concentrée sur l’évaluation des risques de corruption et la formation à l’éthique professionnelle et à l’intégrité pour les représentants de diverses agences maritimes du pays.

Ce programme a été lancé pour soutenir les efforts du gouvernement ghanéen visant à améliorer le respect des procédures opérationnelles standard (POS) et à accroître la transparence et la responsabilité dans les opérations portuaires. En tant que plaque tournante maritime clé pour les pays enclavés d’Afrique de l’Ouest, le Ghana est confronté à des défis pour rationaliser les opérations portuaires, en particulier en ce qui concerne les processus de dédouanement des navires et des cargaisons.

Ces procédures peuvent être vulnérables à la corruption et aux problèmes de conformité, entravant les aspirations du pays à devenir une plaque tournante maritime régionale. La formation a ciblé de hauts fonctionnaires de toutes les agences maritimes ghanéennes, dans le but de les doter des compétences nécessaires pour mener une évaluation complète des risques de corruption dans toutes les opérations portuaires. Cette évaluation permettra d’identifier les vulnérabilités potentielles et les domaines à améliorer.

A LIRE AUSSI  le plus grand élevage de rhinocéros au monde mis aux enchères

Il est important de noter que des dirigeants d’organisations de la société civile (OSC) de premier plan ont également participé au programme. Leur participation garantit une supervision indépendante tout au long du processus d’évaluation, garantissant la transparence et l’objectivité des conclusions.

Cet effort de collaboration dirigé par la GMA, le MACN et la CBi Nigeria représente une avancée significative dans la démarche du Ghana visant à établir des opérations portuaires efficaces et dignes de confiance. En s’attaquant aux risques de corruption et en promouvant des pratiques éthiques, le Ghana est bien placé pour consolider son rôle de plaque tournante maritime de premier plan en Afrique de l’Ouest.

L’Autorité Maritime du Ghana (GMA), en partenariat avec le Maritime Anti-Corruption Network (MACN) et CBi (Convention on Business Integrity) Nigeria, a organisé un séminaire de formation crucial à Sogakopé, au Ghana, du 20 au 23 mai 2024. Cette rencontre s’est concentrée sur l’évaluation des risques de corruption et la formation à l’éthique professionnelle et à l’intégrité pour les représentants de diverses agences maritimes du pays.

A LIRE AUSSI  Le projet PRO-Maladies lancé à Agnibilékrou

Ce programme a été lancé pour soutenir les efforts du gouvernement ghanéen visant à améliorer le respect des procédures opérationnelles standard (POS) et à accroître la transparence et la responsabilité dans les opérations portuaires. En tant que plaque tournante maritime clé pour les pays enclavés d’Afrique de l’Ouest, le Ghana est confronté à des défis pour rationaliser les opérations portuaires, en particulier en ce qui concerne les processus de dédouanement des navires et des cargaisons.

Ces procédures peuvent être vulnérables à la corruption et aux problèmes de conformité, entravant les aspirations du pays à devenir une plaque tournante maritime régionale. La formation a ciblé de hauts fonctionnaires de toutes les agences maritimes ghanéennes, dans le but de les doter des compétences nécessaires pour mener une évaluation complète des risques de corruption dans toutes les opérations portuaires. Cette évaluation permettra d’identifier les vulnérabilités potentielles et les domaines à améliorer.

A LIRE AUSSI  Tout savoir sur l’entomoculture

Il est important de noter que des dirigeants d’organisations de la société civile (OSC) de premier plan ont également participé au programme. Leur participation garantit une supervision indépendante tout au long du processus d’évaluation, garantissant la transparence et l’objectivité des conclusions.

Cet effort de collaboration dirigé par la GMA, le MACN et la CBi Nigeria représente une avancée significative dans la démarche du Ghana visant à établir des opérations portuaires efficaces et dignes de confiance. En s’attaquant aux risques de corruption et en promouvant des pratiques éthiques, le Ghana est bien placé pour consolider son rôle de plaque tournante maritime de premier plan en Afrique de l’Ouest.

 

Source: Autre presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave a comment
scroll to top