Niger

Niger / 20ième  édition du « Hotungo » :
Le Ministre Tidjani Idrissa vante le travail des éleveurs

La 20ème édition du Hotungo de Bangui, au Niger, s’est déroulée du 5 au 6 mars 2023.  Cette fête des éleveurs a vu la participation de hautes autorités politiques du pays, des organisations de la société civile pastorale, des responsables de projets et d’Ong, des chefs coutumiers et des participants venus du Nigéria voisin.

L’évènement a été marqué par une cérémonie d’ouverture des festivités, une présentation des sketchs de sensibilisation sur la coexistence pacifique entre les éleveurs et les agriculteurs,  ainsi que des témoignages par certains leaders d’opinions locaux des efforts déployés par les différents acteurs en faveur de la paix et de la cohésion sociale entre les communautés.

Il y a aussi et surtout des manifestations culturelles regroupant les différentes communautés (pasteurs et agropasteurs) présentes dans la localité (cours des chevaux, des chameaux, des chants et danses élogieuses en faveurs de la paix entre les communautés etc.

La cérémonie d’ouverture du Hotungo s’est achevée par une série d’allocutions, dont celle du maire de la commune de Bangui, du représentant de la société civile pastorale, du chef de canton de Bangui, du Préfet de Madaoua, du Gouverneur de Tahoua et du Ministre de l’élevage, porte-parole du gouvernement.

A LIRE AUSSI  Le calvaire des éleveurs et des acteurs de la filière bétail

Dans son discours d’ouverture, le ministre nigérien de l’élevage, Tidjani Idrissa Abdoulkadri, a rappelé que le Hotungo est un évènement majeur pour le renforcement de la paix et de la cohésion sociale entre les communautés (pastorales et agropastorale) vivant ou de passage à Bangui.

C’est pourquoi le ministre de l’élevage a estimé que la 20ème édition de la fête de Hotungo répondait à toutes ses qualités de « cadre de renforcement des échanges et de consolidation de l’esprit de vivre ensemble ».

Tidjani Idrissa Abdoulkadri a, cependant, rappelé les résultats de la campagne pastorale 2022-2023, qui n’ont pas répondu aux attentes des éleveurs durement touchés par les déficits fourragers récurrents de ces quatre dernières années. Ce qui expliquerait, selon lui, la hausse observée des prix des aliments bétail sur les marchés. Il a indiqué que le Ministère de l’élevage du Niger, conscient de la situation que traverse le monde pastoral, s’était engagé à accompagner les éleveurs et leurs cheptels.

A LIRE AUSSI  Les atouts d’une entreprise leader en Afrique

Niger

La richesse du cheptel de Bangui

D’ores et déjà, dans le cadre de l’appui à la mise en œuvre du PDES (2022 -2023),  le ministre Tidjani Idrissa a fait savoir que son département ministériel a pris des dispositions utiles afin d’atténuer la gravité indéniable des déficits qui risquent de s’aggraver dans les prochains mois.

Dans son allocution de bienvenue, le Maire de la commune rurale de Bangui a remercié les plus hautes autorités du Niger et les différents partenaires qui ont créé les conditions de la tenue de la 20ième  édition du Hotungo. Cette fête des éleveurs est, selon le Maire de la commune de Bangui, un symbole d’union dans la diversité des communautés vivent dans son entité administrative (éleveurs, agriculteurs, transhumants, exondant etc.).

Le Maire de la ville de Bangui a également saisi l’occasion pour présenter la richesse du cheptel de sa commune qui est une zone agropastorale par excellence du département de Madaoua. En effet, selon l’estimation de l’Institut National de la Statistique (INS) en 2021, le cheptel de la commune est constitué de125530 bovins, 106022 ovins, 177999 caprins, 2037 camelins, 894 équins et12307 asins.

A LIRE AUSSI  Plusieurs grands projets mis en route en Côte d'Ivoire

Le Maire n’a pas, cependant, manqué de relever un certain nombre de difficultés qui freinent le développement des activités agro-sylvo-pastorales de sa commune ; à savoir l’insécurité, le surpâturage des zones déjà dégradées, le problème de délimitation et matérialisation des couloirs de passage, l’occupation partielle des couloirs de passage, l’envahissement des espaces pastoraux dans les zones agricole, l’insuffisance des parcs de vaccination etc.

Le premier magistrat de Bangui a terminé son allocution par une note d’espoir car, pour lui, la présence de hautes autorités du Niger et des partenaires technique et financiers à la fête de Hotungo est une belle opportunité de plaidoyer en faveur des populations pastorales et agropastorale vivant à travers la commune rurale de Bangui.

André SELFOUR avec Svice Com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave a comment
scroll to top