Filière bétail viande

Filière Bétail et viande :
Le MIRAH, le District d’Abidjan et les acteurs accordent leurs violons

Une importante séance de travail a réuni, mardi 28 mars 2023, des représentants du Ministère des Ressources Animales et Halieutiques (MIRAH), du District Autonome d’Abidjan, de la Confédération des Fédérations Nationales de la Filière Bétail Viande de l’Afrique de l’Ouest (COFENABVI-AO), ainsi que bien d’autres structures concernées par ladite filière.

Divers sujets, en lien avec ce secteur d’activité, ont été abordés lors de cette rencontre qui s’est déroulée au siège de la Confédération à Abidjan- Cocody et qui a enregistré un nombre record d’acteurs de ce secteur (environ une cinquantaine de participants).  Des questions cruciales, qui minent la filière bétail viande telles que le vol de bétail et l’abattage clandestin, étaient au centre de ces échanges francs et directs, en présence de M. Issaka Sawadogo, PCA de la COFENABVI-AO et Patron de la Fédération Nationale des Coopératives de la Filière Bétail Viande de Côte d’Ivoire (FENACOfBVI-CI).

S’agissant de l’abattage clandestin, M. Boa Valéry, Directeur de l’urbanisme au District Autonome d’Abidjan, a indiqué que cette pratique frauduleuse gangrène sérieusement la filière bétail-viande de Côte d’Ivoire. Le représentant du Gouverneur Beugré Mambé a fait savoir que sur 500 à 700 têtes abattues à l’abattoir de Port-Bouët, seulement 150 à 200 le sont de manière  régulière, c’est-à-dire qui ont été inspectées par les vétérinaires. Une révélation de taille qui a surpris plus d’uns dans la salle. « Depuis 3 à 4 ans, l’abattage clandestin fait perdre beaucoup d’argent. Bientôt, nous allons intensifier la traque à ces fraudeurs. Toutes celles et ceux qui seront pris dans cette affaire d’abattage clandestin de bêtes seront déférés », a averti le représentant du District d’Abidjan. M. Boa a demandé aux acteurs de la filière de se mobiliser pour mener le combat contre l’abattage clandestin. Des intervenants, sans langue de bois, ont dénoncé une certaine complicité qui existerait entre des responsables du district d’Abidjan et des forces de l’ordre, évitant de citer des noms.

A LIRE AUSSI  Le ministre Sidi Touré parle à ses collaborateurs  

Filière bétail viande

En outre, la question du vol de bétail, qui s’est accru ces derniers temps dans le pays, a été aussi évoquée lors de cette réunion. Les acteurs de la filière bétail viande sont unanimes sur le fait que ce phénomène de vol de bêtes est pour beaucoup dans la multiplication de l’abattage clandestin. Tous les participants à la rencontre du mardi 28 mars ont convenu de conjuguer leurs efforts pour tenter de réduire, sinon d’éradiquer l’abattage clandestin et le vol de bétail. A noter aussi la présence de deux agents de la Police nationale qui ont pris part aux échanges.

A LIRE AUSSI  Informations fausses et infondées, selon le MIRAH

Autre sujet et non des moindres débattu au cours de cette rencontre, c’est celui relatif à l’inter-professionnalisation de la filière bétail viande. Sur ce sujet, le Président Sawadogo Issaka s’est directement adressé au représentant du MIRAH, M. Afolabi de la direction des organisations professionnelles et de l’Appui au financement (DOPAF), pour lui dire toute sa disponibilité et celle de sa fédération à coopérer avec le MIRAH pour la mise en place de l’interprofession au niveau de la filière bétail et viande.

A LIRE AUSSI  La construction de deux quais maritimes pourrait prendre fin en septembre 2024

En retour, M. Afolabi a regretté les incompréhensions qu’il y a eu ici et là avec la DOPAF, mais que le Ministère se tenait entièrement à la disposition de tous les acteurs de la filière bétail viande pour qu’ils aillent à l’interprofession dans l’union.

Pour le reste, le PCA Issaka Sawadogo et les siens ont parlé du Salon international du Bétail et de la Viande de l’Afrique de l’Ouest / foire aux Camélédis (SIBVAO 2023), que la Confédération organise du 12 au 16 avril 2023 à Abidjan. Un évènement international qui a pour thème : « Chaîne de valeur bétail viande, levier pour accroitre le commerce régional et la création d’emploi en Afrique de l’Ouest et du Sahel ».

André SELFOUR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave a comment
scroll to top