Congo :
La construction de deux quais maritimes pourrait prendre fin en septembre 2024

Dans l’optique d’accroitre ses capacités d’accueil des navires, et en vue de maintenir son leadership en Afrique Centrale, le Port Autonome de Pointe-Noire a entrepris depuis 2021 la construction de deux quais maritimes sur la façade Est de l’actuel bassin portuaire. Un accord y relatif avait été conclu avec l’entreprise RAZEL-BEC adjudicataire de ce marché financé par l’Agence Française de Développement (AFD).

Commencée en juillet 2021, la construction de ces deux infrastructures répond à la volonté de l’autorité portuaire, de faire en sorte que le Port Autonome de Pointe-Noire s’arrime aux nouvelles exigences des transports maritimes. En effet, il s’agit pour le port de se doter à l’issue des travaux, d’un quai multi vrac de 250m de long, sur une profondeur de 12,5 m avec une partie approfondie à -16m. Ce quai est destiné à l’accueil des navires céréaliers et autres vraquiers, ainsi qu’aux navires minéraliers en prévision de la reprise des activités de ce secteur économique. Le deuxième quai, appelé quai multifonctions de 120m de long est une composante importante de l’élargissement du Port Autonome de Pointe-Noire. Composé d’une darse pour élévateur à bateaux de 50 X16 mètres, destiné au carénage des navires de pêche et des suppliers pétroliers.

A LIRE AUSSI  Plus de 9 milliards de FCFA dédiés au programme intégré des ressources animales et aquacoles

Nonobstant les difficultés d’ordre géotechnique qui ont nécessité des moyens supplémentaires et qui ont poussé RAZEL-BEC à modifier les méthodes de travail, les travaux de ces deux quais avancent parfaitement a dit Guillaume Thierry, le Directeur de ce projet et sont à ce jour exécutés à 55%. Usant du matériel et engins de dernière génération, RAZEL-BEC envisage la fin de ces travaux, en septembre 2024. Pour y parvenir, le Port Autonome de Pointe-Noire et RAZEL-BEC travail en parfaite harmonie avec le maitre d’ouvrage le Port Autonome de Pointe-Noire qui dispose d’une expertise technique avérée et avec qui RAZEL-BEC entretient un dialogue permanent assez constructif. Le but étant de mener à bien le projet, afin que le PAPN prenne rapidement possession des quais.

A LIRE AUSSI  Le MIRAH vérifie l'effectivité de la reprise des activités

La mission de contrôle des travaux est assurée par la maitrise d’œuvre EGIS. Ces trois acteurs à savoir : le PAPN, RAZEL-BEC et EGIS sont bien impliqués pour que soit livrer au PAPN les ouvrages de qualité. A noter que pour tenir les délais prévus, deux cents travailleurs en majorité des congolais, s’activent chaque jour du matin au soir pour
faire avancer ce projet à la grande satisfaction de toutes les parties, notamment de l’Agence Française de Développement

A LIRE AUSSI  La DOPAF a un nouveau Directeur

Source: Autre presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave a comment
scroll to top